Astray Astray

Genre : horreur/énigmes

Prix : 7€

Sorti en 2015

Durée de vie : environ 2 heures pour découvrir le secret de ce musée.

Ce petit jeu d'horreur sans prétention souffle le chaud et le froid.
L'idée de situer l'action dans un musée est intéressante, car elle permet de varier le cadre et les couleurs au sein d'un même lieu selon les pièces que l'on visite. Malheureusement cette partie, qui ne constitue que la la première moitié du jeu, est agencée d'une façon qui n'est pas crédible, car trop ostensiblement prévue à l'intention du joueur, sans aucun souci de réalisme. Elle est ensuite totalement délaissée pour nous faire aller dans des sous-sols caverneux beaucoup moins inspirés.
Inspirée, la présentation de l'histoire ne l'est pas davantage puisqu'on la découvre par des notes écrites. Très classique, elle peut tout de même parvenir à éveiller la curiosité.

À quelques endroits, il faudra éviter qu'une créature ne vous attrape, mais elle n'est guère menaçante. Astray n'est de toute manière pas vraiment effrayant.
Les graphismes sont un peu datés, mais ce n'est pas gênant. C'est le sound design qui rehausse la qualité du jeu, et permet d'obtenir cette atmosphère mystérieuse et inquiétante qui fonctionne.
Quant aux énigmes – principal intérêt du jeu en fin de compte – elles sont originales et leur difficulté bien dosée. Elles mettent à profit la physique du jeu (on peut déplacer les objets), notre sens de la déduction et de l'orientation.

Puisque la partie musée est relativement ratée, c'est principalement pour ses énigmes qu'Astray vaut le coup. Plus accessibles que celles d'un escape room, elles activeront vos méninges sans les faire surchauffer. Je note aussi la séquence finale qui est plutôt surprenante et constitue un beau clap de fin.

pouce

Astray vous plaira si :
– vous cherchez un jeu d'horreur qui ne fasse pas trop peur,
– vous êtes prêt à réfléchir un peu, mais pas trop non plus.

Astray

Astray