Gemini : Heroes Reborn Gemini : Heroes Reborn

Genre : FPS action

Prix : 5€

Sorti en 2016

Durée de vie : environ 3 heures pour aller casser la figure du méchant.

Gemini : Heroes Reborn

Gemini : Heroes Reborn

On connaissait les adaptations en jeux vidéo de films, mais il ne faut pas oublier les adaptations de séries télévisées.
Gemini : Heroes Reborn s'appuie sur la série Heroes, mais n'espérez pas y trouver des personnages connus, ni un approfondissement de la série, il s'agit d'une histoire indépendante qui introduit de tous nouveaux personnages avec leurs propres problèmes.

Nous incarnons Cassandra, une jeune femme ayant perdu la mémoire et à la recherche de ses parents. L'histoire commence alors que son ami Alex la conduit dans les ruines d'un complexe scientifique où pourraient se trouver de précieux indices. Malheureusement, l'endroit est occupé par des soldats surarmés et belliqueux qui les prennent en chasse. Cassandra parvient à s'enfuir, mais Alex est capturé. Charge à elle (et donc à vous) d'aller le sauver. Ce point de départ constitue tout le fil conducteur du jeu puisqu'il est assez court. Les 16 niveaux s'enchaînent rapidement, sans jamais sortir de ce complexe scientifique.

Cette aventure périlleuse va permettre à Cassandra de réveiller son pouvoir de manipulation du temps, ce qui lui permet de changer d'époque et de visiter le complexe avant qu'il ne soit détruit. Cette mécanique de saut dans le temps n'est pas scriptée, elle est instantanée et peut être utilisée à volonté. Cela va s'avérer utile aussi bien dans les phases d'explorations, afin de contourner les décombres du présent ou de passer les murs intacts du passé, que dans les phases de combat où l'on peut isoler un ennemi, transporter des projectiles d'une époque à l'autre, ou s'accorder le temps de régénérer ses points de vie. La manipulation du temps implique qu'on peut aussi le ralentir, ce qui permet de se repositionner en combat, d'éviter les balles ou de sauter plus haut. La présence d'une jauge d'énergie évite qu'on en abuse, mais elle se recharge assez vite.

Précisons que si les graphismes sont un peu datés, avec des animations raides et des visages figés, ils restent tout à fait honnêtes et raccords avec l'ambition modérée du titre. Les effets visuels des pouvoirs de Cass sont bien rendus.

L'autre pouvoir de Cassandra, qu'elle acquerra peu après le premier, est celui de la télékinésie. Ce pouvoir mérite que je m'y attarde, puisqu'en terme de gameplay, il constitue une singularité aussi bien positive que négative.
En effet, Cassandra n'a pas d'armes et se refuse à retourner les fusils des soldats contre eux. Pour combattre, vous ne pouvez donc vous en remettre qu'à votre pouvoir de télékinésie, qui vous permettra de jeter moult projectiles à la face des vilains, et de saisir ces mêmes vilains pour les envoyer valser dans le décor. C'est assez fun à jouer et rafraîchissant.
Le souci, c'est que pour projeter un objet avec suffisamment de force, il faut charger votre pouvoir pendant un court instant. De même, les soldats que vous voulez soulever vont d'abord résister quelques secondes avant que vous ne puissiez les balader à votre guise. L'IA est visiblement pensée pour tenir compte de ce délai puisque les soldats vont se montrer très prévenants avec vous, en laissant passer de longues secondes entre chaque tir alors que, souvent, rien ne les empêcherait de vider leur chargeur sur vous.
Tout cela fait que les combats deviennent beaucoup trop mollassons, là où le combo télékinésie + sauts dans le temps aurait pu permettre des enchaînements virtuoses. Il aurait suffi de supprimer le temps de charge lors de chaque action impliquant la télékinésie pour qu'on puisse envoyer les chaises en rafale sur les ennemis ou jouer au bowling avec leurs corps – et d'équilibrer cette puissance en intégrant plus de soldats (on en affronte rarement plus de 3) avec une IA plus agressive. De plus, comme mentionné plus haut, le jeu dispose déjà d'une jauge d'énergie qui se vide si l'on spam trop son pouvoir.

Ce défaut, additionné à une histoire sans surprise qui se passe entièrement au même endroit, à une IA trop légère ainsi qu'à d'évidents bugs de collisions, fait de Gemini : Heroes Reborn une expérience de qualité moyenne, ce qui est dommage considérant qu'il avait tous les atouts en main pour délivrer un résultat beaucoup plus convaincant. Je le recommande tout de même pour l'originalité de son gameplay, son petit prix et sa durée de vie raisonnable.

pouce

Gemini : Heroes Reborn vous plaira si :
– vous êtes fan de la série Heroes,
– vous cherchez un jeu d'action avec un gameplay innovant,
– vous pouvez tolérer une histoire sans intérêt et une IA pataude.

Gemini : Heroes Reborn

Gemini : Heroes Reborn