Joe Dever's Lone Wolf Joe Dever's Lone Wolf

Genre : RPG narratif

Prix : 15 €

Sorti en 2014

Durée de vie : environ 10 pour décimer une armée à vous tout seul.

Drôle de concept que ce Lone Wolf. Les premières minutes sont déroutantes et pourraient vous faire regretter votre achat, mais il suffit de s'accrocher un peu pour y adhérer.
Il faut d'abord savoir que ce jeu se base sur toute une série existante de livre-jeux ; des romans interactifs où le lecteur est amené à effectuer ses propres choix au fil de la lecture. Joe Dever's Lone Wolf adapte ce concept au jeu vidéo. Vous êtes ainsi plongé dans un monde d'heroic fantasy, dans la peau de Loup Solitaire, un puissant guerrier qui combat les forces du mal.

Vous êtes prévenu : il va falloir lire, et beaucoup lire. Il s'agit bel et bien d'un roman ! L'histoire n'est pas une copie d'un roman qui existera déjà, le scénario ayant été écrit par l'auteur de la saga lui-même, spécialement pour le développement de ce jeu. Originale mais classique (si si, ce n'est pas antinomique dans le cas présent !) ; car elle ne réservera pas de grande surprise scénaristique. L'avantage, c'est qu'un joueur qui ne connaîtrai pas du tout l'univers de Loup Solitaire y trouvera rapidement ses marques, tandis que le connaisseur appréciera les nombreuses références à une saga qui comprend de nombreux tomes.
Le texte est intégralement traduit ; dommage toutefois que l'on puisse encore dégotter quelques coquilles et fautes d'accord.

Joe Dever's Lone Wolf Joe Dever's Lone Wolf

Ainsi, vous passerez la moitié du temps les yeux rivés sur une feuille de parchemin, tandis que l'autre moitié sera consacrée aux combats au tour par tour. Comprenez donc qu'il y en aura beaucoup ! Vous êtes dès le début du jeu un guerrier accompli et disposez d'une quinzaine d'action possibles, qui permettent d'utiliser votre arme (épée, masse ou hache à choisir au début de l'aventure), votre pouvoir Kaï (la magie), vos dagues de jet ou arbalète (au choix), ou votre épée du destin, qui inflige de lourds dégâts mais souffre d'un très long cooldown.
Le cooldown, justement, est au cœur du système de combat. Chaque action – coup léger, coup puissant, coup de bouclier, sort de télékinésie, etc... – dispose de son propre cooldown, plus ou moins rapide à recharger. De plus, chaque action vous coûtera au choix de l'énergie ou du pouvoir Kaï, qui doivent eux aussi se recharger. Et enfin, le temps alloué pour jouer votre tour n'est pas illimité, puisqu'une barre d'initiative descend rapidement avant que ne vienne le tour des ennemis (qui peuvent de toute façon vous attaquer à tout moment, y compris durant VOTRE tour).
Cela fait donc pas moins de 3 cooldowns à gérer, et autant dire que cela surprend et irrite au début, surtout quand un simple glok (une sorte de gobelin costaud) est en mesure de vous infliger de lourds dégâts.
Mais l'on fini par s'y faire et par apprendre à mieux gérer les combats, en trouvant l'ordre le plus adéquat pour utiliser ses compétences. Il est alors possible de sortir vainqueur de certains combats sans avoir perdu le moindre point de vie, ce qui est plutôt gratifiant. Heureusement d'ailleurs, car des combats il y en aura beaucoup – énormément même ! –, bien plus que de choix narratifs.

L'histoire est en effet linéaire et, dans leur grande majorité, les seuls choix qui vous seront proposés consisteront à déterminer votre approche avant un combat, afin de blesser vos ennemis ou prendre l'initiative.
Ce dernier point est important, car certains combats laissent les ennemis jouer leur tour avant vous, et leur permet donc de vous infliger de lourds dégâts, voir même de vous tuer avant même que vous ne puissiez porter le moindre coup. Frustrant mais gérable. À noter que j'ai pu terminer l'aventure en mode normal en me spécialisant dans les pouvoirs Kaï, donc mon personnage n'était pas aussi résistant qu'un guerrier, par exemple. C'est donc possible de s'en sortir !

Petit conseil à ce sujet : je vous recommande de tourner un peu en rond dans le 2e acte et de farmer les ennemis afin de récolter de l'or à dépenser dans des potions et du matériel de craft, ce ne sera pas du luxe !
On peut en effet améliorer ses armes, qu'il faudra aussi penser à réparer, acheter des potions, des dagues de jet ou des carreaux d'arbalètes. Mais tout coûte cher !

Pour conclure, Lone Wolf n'est pas si difficile, mais il demande d'être apprivoisé. La musique est répétitive mais de bonne qualité. L'histoire est classique mais bien écrite. On comprend que Joe Dever soit resté dans sa zone de confort, car peu de joueurs iront au bout de l'aventure qui est assez longue.

pouce bleu

Joe Dever's Lone Wolf vous plaira si :
– vous n'avez pas de problème à lire sur un écran.
– vous appréciez les combats au tour par tour.
– vous êtes amateur d'heroic fantasy.

Joe Dever's Lone Wolf Joe Dever's Lone Wolf