N.E.R.O. : Nothing Ever Remains Obscure N.E.R.O. : Nothing Ever Remains Obscure

Genre : aventure narrative

Prix : 15€

Sorti en 2016

Durée de vie : 2 heures.

Cette aventure dispose d'une atmosphère singulière, douce et mélancolique, propice à la rêverie. La teinte à dominance bleue et violette des lieux visités n'y est pas étrangère.
NERO est une aventure narrative qui nous conte l'histoire complexe d'un pirate et d'un enfant malade. Preuve de bon goût, les textes à lire flottent dans l'air, plutôt que d'être inscrits sur des notes. Ainsi, la progression n'est pas entrecoupée, et l'on peut continuer d'avancer tout en lisant les courtes phrases en suspension.
La narration est fragmentée selon plusieurs points de vue, différenciable par un petit sigle qui s'affiche devant les textes. Il vaut mieux être attentif dès le début à cette caractéristique sous peine de se retrouver un peu perdu par la suite.

Plusieurs puzzle émaillent l'aventure. Un personnage énigmatique viendra également vous rejoindre à certains moments, et vous pourrez le faire participer à la résolution de certains d'entre eux.
Les énigmes mettent aussi à contribution un pouvoir qui permet d'envoyer des sortes d'onde de choc afin d'activer les objets à distance. Suffisamment complexes pour mettre le cerveau en éveil – sans pour autant qu'on y passe des heures –, elles permettent d'impliquer un minimum le joueur car, globalement, on se contente surtout de marcher de lire ; ce qui s'avère parfois un peu ennuyeux ; et ce ne sont pas les quelques fragments de souvenir à collecter, disséminés un peu partout afin d'encourager l'exploration, qui changeront cet état de fait.

Les environnements traversés profitent de jolis couleurs, qui ressortent d'autant plus que l'essentiel du jeu se déroule de nuit. Les lieux que l'on traverse suivent la narration, malheureusement, plus celle-ci avance, plus ils quittent le domaine du rêve pour s'inscrire dans la froide réalité, perdant ainsi en charme et en mystère. Une musique au piano laisse échapper quelques notes, tantôt tristes tantôt gaies.

Mélancolique mais pas dépressif, NERO est un beau voyage, un conte doux-amer qui a peut-être comme principal défaut d'être un peu trop long. Ce genre de jeu un peu lent, qui repose beaucoup sur l'ambiance, devrait pouvoir se finir en une soirée, sous peine de voir le joueur décrocher et n'y revenir qu'à contre-cœur.

pouce

N.E.R.O. : Nothing Ever Remains Obscure vous plaira si :
– vous voulez un jeu calme où vous puissiez prendre votre temps,
– vous êtes disposé à lire pour suivre l'histoire,
– vous pouvez résoudre quelques énigmes.

N.E.R.O. : Nothing Ever Remains Obscure

N.E.R.O. : Nothing Ever Remains Obscure