Potato Thriller Potato Thriller

Genre : troll

Prix : 2.61€

Sorti en 2016

Durée de vie : 2 heures pour arrêter la patate tueuse et mettre fin à l'épreuve de patience qu'est ce jeu.

Présenté comme une parodie de jeu d'horreur, Potato Thriller se croit drôle, mais il ne l'est pas.
Il ne l'est pas car, tout contents de leur blague adolescente à base de vieille patate qui pète dans un ascenseur, les développeurs ont oublié le plaisir ingame du joueur. Le jeu tout entier est affecté par un faux rythme, dû à des dialogues à rallonge, avec des voix de synthèse qui laissent des blancs de plusieurs secondes entre chaque réplique, ainsi qu'à une avalanche de temps de chargements trop longs, qui viennent parfois s'intercaler entre deux répliques, ce qui est tout à fait incompréhensible et injustifié vu la pauvreté graphique du titre.

Lorsque, par hasard, entre deux cinématiques aussi captivantes qu'un reportage ARTE sur la mise en bocal des cornichons, vient notre tour de jouer, force est de constater qu'il n'y a rien de bien excitant à faire. L'on commence le jeu en vue à la 1ère personne, dans une séquence répétitive à la P.T. Les scripts donnent l'impression d'avoir du mal à se déclencher – ce qui fait qu'on tourne encore plus en rond que nécessaire (puisque l'on doit tourner en rond quoiqu'il en soit).
Passée cette première moitié, on change de personnage, et la vue passe alors à la 3e personne. Oubliez la parodie d'horreur, vous êtes maintenant dans un jeu d'action nul, avec un personnage moche qui ressemble à un playmobile, et où vous devez éviter des pièges et des nez qui courts (vous m'avez bien lu). L'humour autant que le gameplay est lourdaud, peu intéressant, et franchement immature.

Il faut reconnaître qu'un effort à été fait sur le scénario qui – tout rocambolesque qu'il soit – est bien ficelé et comporte quelques retournements de situation. Mais comment l'apprécier à sa juste valeur quand toutes les cinématiques et les dialogues donnent envie à la fois de passer en vitesse X2 et de s'arracher les oreilles ?
Sans vous en révéler le contenu, sachez d'ailleurs que la séquence finale dure près de 20 minutes (!!!) où les protagonistes s'échangent laborieusement des répliques pauvres (toujours avec des voix de synthèse monocordes et désagréables), où la mise en scène est au ras des pâquerettes (certains personnages ne sont même pas animés) et où il n'y a rien à faire.

Il y a des jeux trollesques qui fonctionnent et où le joueur prend plaisir à participer au délire – Plug & Play en est un –, mais tous ne peuvent pas réussir et, à mon goût, Potato Thriller fait partie des ratés ; à cause de son faux rythme, de son gameplay mou du genoux dans la seconde partie en 3e personne, et de ses dialogues insupportables qui vous poursuivront du début à la fin.

pouce

Potato Thriller vous plaira si :
– il vous en faut peu pour avoir peur,
– il vous en faut peu pour rire,
– vous pouvez écouter des chanteurs autotunés pendant des heures et aimer ça.

Potato Thriller

Potato Thriller