Red Riding Hood : Star Crossed Lovers Red Riding Hood : Star Crossed Lovers

Genre : HOG

Prix : 1.60€

Sorti en 2018

Durée de vie : 2 heures pour enrichir sa culture générale en "s'amusant".

À côté des bijoux estampillés Artifex Mundi et de l'usine à gaz Big Fish, le petit monde des HOG est parsemé de one-shot issus de développeurs dont c'est le seul titre ou presque. L'occasion d'en tester un ici. Comme l'indique son titre, Red Riding Hood nous conte l'histoire du petit chaperon rouge, mais plutôt que de s'en tenir à l'histoire originelle, il nous en propose ici une relecture à la sauce Twilight, où le petit chaperon rouge est déjà une belle jeune femme, et le loup un beau jeune homme bien bâti, cadet d'une fratrie de loups-garou.
Aussi l'on frémit un peu, avec la crainte que l'histoire ne parte en vrille, quand, lors de l'introduction, on le voit apparaître torse nu, pectoraux saillants et sourire charmeur. Heureusement, le chaperon rouge a semblé entendre la détresse du joueur masculin que je suis, en lui demandant de s'habiller rapidement. De toute évidence – mais c'est le cas pour la plupart des HOG – je ne suis pas le public visé.

Red Riding Hood : Star Crossed Lovers

Red Riding Hood : Star Crossed Lovers

Le jeu commence sur ces entrefaites, avec une première scène de recherche d'objet. La traduction française est bonne et je n'ai décelé aucune faute d'orthographe. Red Riding Hood est le tout premier HOG que je teste qui permette de zoomer lors des scènes de d'objets cachés. Si l'on peut considérer cette fonction comme un peu gadget à première vue, elle s'avère tout de même utile puisque le jeu abuse un peu des objets cachés sous forme de silhouettes dessinées dans le décor, et qui sont presque invisibles.
Défaut à souligner : les scènes d'objets cachés sur lesquelles on revient ne tiennent pas compte de notre première visite. Ainsi, les objets découverts la première fois sont de nouveau en place la deuxième fois, ce qui est inhabituel – mais sans doute que sans cela, la recherche en serait devenue trop facile.
Graphiquement, on est loin des ténors du genre. Les animations des personnages sont inexistantes et le chara design est franchement peu inspiré quand il n'est pas tout bonnement hideux (la mère loup-garou est grotesque). Par ailleurs, le sound design, avec des boucles sonores très courtes et bruyantes, est insupportable.

Le principal attrait de Red Riding Hood : Star Crossed Lovers se trouve dans la recherche de symboles de loup présent dans tous les tableaux. Chaque symbole découvert permet d'accéder à une anecdote sur le conte du Petit Chaperon Rouge : son origine, ses différentes versions, l'interprétation qui a pu en être donnée, ses influences, etc. C'est un véritable wiki grâce auquel on apprend des choses intéressantes. Malheureusement, les notes disparaissent aussitôt lues, sans qu'aucune fonction permette d'y accéder de nouveau.

L'histoire se termine bizarrement, puisqu'elle suggère une suite qui pourtant n'existe pas. Le jeu a le goût d'un simple prologue ou d'un premier chapitre. Ce n'est pas si grave car la narration n'est de toute façon guère palpitante et ma curiosité aussi élevée qu'un paysage belge.

Pas trop mauvais, Red Riding Hood : Star Crossed Lovers ne vaut vraiment le coup (et le coût) que si vous vous intéressez vraiment au conte de Charles Perrault. Mais dans ce cas, un livre ne serait-il pas plus indiqué ?

pouce

Red Riding Hood : Star Crossed Lovers vous plaira si :
– vous êtes un peu fleur bleue,
– vous avez envie d'en savoir plus sur le conte du Petit Chaperon Rouge.

Red Riding Hood : Star Crossed Lovers

Red Riding Hood : Star Crossed Lovers