The Chills The Chills

Genre : horreur pixelart

Prix : 0.80cts

Sorti en 2019

Durée de vie : 15 minutes, et encore, seulement si vous prenez votre temps et mourrez une ou deux fois.

Un jeu d'horreur en pixelart et vue de dessus, je trouve que c'est audacieux et cela attire mon intérêt. Si en plus il est à petit prix et pas trop long, alors il n'y a, de mon point de vue, pas de raison de l'éviter.

Vous incarnez un personnage arrivé dans un hôtel connu pour être hanté. Toute l'histoire du jeu est contenue dans l'introduction textuelle qui apparaît en lançant la partie ; et qui s'avère être exactement la même que sur la page Steam du jeu. Humm... un peu feignant ça.
Le jeu commence en même temps que les ennuis de notre personnage, dans sa chambre au dernier étage. Le but va être d'atteindre le rez-de-chaussé pour sortir de l'hôtel, malgré les nombreuses apparitions démoniaques qui surgissent.

Si les bruitages ne sont pas trop mal, tout l'aspect graphique est au mieux passable, au pire médiocre. Les 5 étages de l'hôtel sont exactement les mêmes, et notre personnage aux cheveux roses et aux bras trop courts est tout bonnement hideux.
Côté gameplay, il n'y a quasiment rien de plus à faire qu'avancer pour déclencher les scripts les uns après les autres, tout en évitant, si l'on peut, les monstres qui apparaissent parfois pour foncer en ligne droite à toute vitesse puis disparaître aussitôt. Pour la plupart, on n'a guère le temps de voir à quoi ils ressemblent, mais leur design n'est de toute façon pas bien terrible car beaucoup trop enfantin.

La fin arrive en moins d'un quart d'heure, sans aucun coup d'éclat. Bref, ce que The Chills a de mieux, c'est encore sa vignette, qui est assez jolie – mais de la même manière qu'on ne juge pas un livre à sa 1ère de couverture, on ne juge pas un jeu à sa jaquette.

pouce

The Chills vous plaira si :
– vous voulez faire peur à votre petite sœur.

The Chills

The Chills