The Cursed Forest The Cursed Forest

Genre : simulateur de marche horreur

Prix : 11€

Sorti en 2019

Durée de vie : un peu plus de 3 heures à lutter contre l'esprit de la forêt.

The Cursed Forest loupe de peu la marche qui aurait pu le propulser dans le club restreint des ténors du jeu d'horreur.
Notre héros est catapulté au milieu d'une forêt mystérieuse et menaçante, qu'il va explorer pour récolter quelques éléments qui serviront un dessein secret, que l'on découvre au fur et à mesure de notre progression.

L'histoire se raconte par des notes écrites que l'on ramasse. Ce sont de véritables pavés qui ne sont pas traduits en français et servent à exposer la toile de fond de l'aventure, vous révéler ce qui s'est produit dans cette forêt, et la raison pour laquelle une menace s'y trouve. La tentation est forte de les zapper, et j'en viendrai presque à vous recommander de le faire puisque cela dilue l'action et n'apporte pas grand chose au jeu.

Passons maintenant à l'atout principal de The Cursed Forest : sa beauté. La forêt est l'une des plus splendides qu'il m'ait été donné de voir dans un jeu vidéo indépendant – mieux encore que celle de The Land of Pain. L'alternance de teintes chaudes et froides, assez vives, lui confère une aura de mystère et de magie. On est dans un jeu d'horreur, pourtant l'enchantement n'est pas loin.
Le sound design n'est pas en reste et contribue pleinement à renforcer l'immersion. Bruissement des arbres, croassements de corbeaux et coassements de grenouilles vous accompageront. Et les bestioles sont modélisées ! Cela traduit un véritable perfectionnisme de la part de l'équipe de développement. Quelques insectes désagréables iront également vrombir à vos oreilles, mais le jeu à le bon goût d'utiliser parcimonieusement cet effet.

Les éléments horrifiques sont inventifs et alternent entre le subtil et le glaçant. Ici on n'évite pas quelques fausses notes, comme ce screamer très laid à base d'image fixe. En revanche, on a droit à des séquences complètes, scriptées, dignes d'un film d'épouvante. Il n'y pas d'élément gore, ce qui me va très bien, car l'horreur, ce n'est pas du voyeurisme de tripaille.
Les effets de surprises et les pièges sont nombreux. Tout porte à croire que la forêt toute entière veut votre mort.
Cela dit, il faut bien admettre que la pression finit par retomber, la faute à un antagoniste plus surprenant que véritablement terrifiant, mais pas que.

En effet, le principal défaut de The Cursed Forest : c'est qu'il n'y pas grand chose à y faire. On peut sans conteste le ranger dans la catégorie des simulateurs de marche tant les actions disponibles sont limitées. Ramasser quelques objets pour progresser, activer quelques autels pour sauvegarder, lire les notes (ou pas), et c'est tout. Pour le reste, on avance en ligne droite à travers les 5 chapitres du jeu, dans des couloirs de verdure qui n'offrent aucune interaction.
Malgré le renouvellement des pièges auxquels on est confronté (on n'évite pas quelques morts), The Cursed Forest n'arrive pas à générer de véritable crescendo dans la tension. On finit par prendre ses marques, presque à se sentir confortable, ce qui n'est pas tout à fait indiqué pour un jeu d'horreur.

Il n'en reste pas moins que le final est grandiose, que l'expérience vaut le détour, et que The Cursed Forest est une réussite.

pouce

The Cursed Forest vous plaira si :
– vous êtes sensible à la beauté des graphismes et à la qualité du sound design,
– vous voulez vous immerger dans une forêt obscure pleine de dangers,
– vous pouvez accepter que le jeu ne vous demande presque rien d'autre que "press Z pour avancer".

The Cursed Forest

The Cursed Forest