Toren Toren

Genre : aventure fantastique

Prix : 10€

Sorti en 2015

Durée de vie : 2 heures pour que petite fille devienne grande.

Je ne comprends pas comment on peut être fier de sortir un jeu dans cet état.

Certes, sur le papier, Toren dispose de quelques arguments. Une histoire énigmatique – sorte de conte avec une héroïne qui grandit au fur et à mesure de l'aventure ; un gameplay avec un peu d'énigmes, de plateforme et de combat ; une direction artistique originale aux couleurs bigarrées ; et une certaine poésie qui se dégage de l'ensemble.

Mais ça, c'est sans compter la réalisation qui est aux fraises. Ne vous laissez pas abuser par le teaser du jeu et par les captures d'écran visibles sur la page de vente. Les textures sont très laides – elles ont au moins 10 ans d'âges –, les animations de notre personnage sont rigides et ses rares expressions en gros plan risibles, le gameplay est incroyablement mollasson, les bugs de collision sont innombrables et le sound design est en sourdine.
Manette en main (préférable au duo clavier-souris), les énigmes sont faciles et leur exécution inintéressantes, les phases de plateformes ne sont pas mieux, et les 2-3 combats méritent à peine cette appellation tant ils sont mous du genoux et expédiés.

Toren est vendu comme un produit fini, pourtant il dépasse à peine l'état d'alpha. Ça manque cruellement de finition et c'est d'autant plus dommage que par son univers et son identité visuelle, il avait le potentiel d'une expérience forte à la Ico.
Ne lui reste pour plaire que ses couleurs chatoyantes, la poésie de l'histoire et de quelques plans, ainsi qu'une atmosphère entre solitude et espérance.

pouce

Toren vous plaira si :
– vous êtes subjugué par son ambiance onirique et son histoire qui se dévoile petit à petit,
– vous êtes très indulgent sur tout ce qui concerne la technique et le gameplay.

Toren

Toren