Théo Letna - auteur, dessinateur

De quoi hériterons-nous TOUS ?

Dusty et Cody Rhodes

De la génétique de nos parents, d'argent ou de biens, d'un milieu social ?
Non.

De l'état de la planète ou du patrimoine culturel du pays dans lequel on vit ?
Non plus.

C'est beaucoup plus subtil que ça. Si évident qu'on n'y pense même pas.

La notion d'héritage est souvent considérée comme fondamentalement injuste, car ne faisant que renforcer les inégalités déjà profondes. Certains se voient léguer des empires, quand d'autres doivent se sortir d'affaires avec, dès la naissance, un très mauvais jeu de cartes.
Au cliché du riche héritier indolent qui dilapide la fortune de ses ancêtres et finit par tout perdre, s'oppose celui du moins que rien qui arrive, à force de résilience et de sacrifices, par tutoyer les sommets.

Et là est la clé. En réalité, qu'on hérite de tout ou de rien, rien n'est immuable, car on doit tous, inévitablement, faire avec soi-même. L'enjeu est donc moins matériel et financier que personnel et métaphysique...

Le jouet - film 1976
Le jouet, film (1976)

« Je fais aujourd’hui avec le legs que je me suis accordé hier… »

C'est une erreur fondamentale que d'être contre la notion d’héritage, car cela revient à vouloir gommer les effets du passé, faire amnésie de tout, pouvoir perpétuellement réécrire ce qui fut selon ce que vous estimez devoir être, comme si rien ne devait durer ni n’avoir d’effet. Mais nous sommes tous des héritiers en puissance, à commencer... de nous-mêmes. Oui, je fais aujourd’hui avec le legs que je me suis accordé hier ; ce n’est pas glorieux, mais cela suffit à ma joie.

Chaque action, chaque geste, chaque parole, est à la fois une pierre sur l’édifice de ta vie passée et une graine pour ton futur ; tour à tour insignifiantes ou évidentes, bonnes ou mauvaises, avec des effets immédiats ou décalés...

Nous sommes tous des héritiers ; les héritiers de nos audaces, de nos échecs, de nos réussite et de nos vœux.

Ne remettez pas en cause l'extérieur quand vous avez un si grand pouvoir.
La première responsabilité, c’est de soi à soi.

Un sultan et son fils

L’adulte est un enfant qui a peur de son ombre.

Pour ma part, je suis cet adulte qui, parfois, voudrait redevenir un enfant. Pour se délester du poids des responsabilités, bien sûr, mais également de mon propre héritage — qui comporte fatalement des erreurs, des occasions manquées, des détours inutiles.

C’est un apprentissage pénible que de constamment se regarder agir avec les yeux du futur. Ce n’est pas mon ange gardien qui me juge, c’est les potentiels que je laisse mourir lorsque je ne fais pas ce qu'il faut ou que je me trompe, c'est celui que j'aurais pu ou dû être si je ne m'étais pas écarté de mon chemin.

Et pourtant, ce n'est qu'en prenant de la distance par rapport à moi-même, en m'observant agir de l'œil du spectateur critique, que je peux estimer si oui ou non j'interprète correctement mon rôle. Il n’y a qu’ainsi que je peux croître. Certains jours, je suis fier, d'autre, je vois que j'ai mal agi. Je tire le bilan chaque soir — ou du moins, j'essaye.

La notion d’héritage implique la notion de temporalité, donc de l'impermanence des choses, et in fine de la mort. Toujours elle.
C’est parce qu’il y a un passé et un avenir que maintenant a du sens. Sinon autant jouer à Dofus pour la 786e heure ou binge-watcher la dernière série à la mode que tout le monde aura oublié la semaine suivante.

« Chaque heure contient un potentiel réalisable. Donc quand tu perds du temps, tu ne fais pas que perdre ce temps, tu perds aussi les opportunités qui étaient contenues dans ce temps. » — Yehia Benchetrit

C’est parce que chaque seconde est héritière de la précédente que nous devons vivre en pleine conscience.

Mais plutôt que de le voir comme un fardeau, voyons cela comme une offrande, un entraînement, un sport. Chaque instant donne l’opportunité de se faire un cadeau de soi à soi, de se renforcer, de ne plus se laisser agir par les événements, mais de reprendre la main une bonne fois.

Riches ou pauvres, nous hériterons tous de la même quantité : la somme de nos actes.

Je suis héritier de ma propre personne. Et plus je m’imprègne de cette idée, plus j’ai envie de prendre soin de moi, plus j’apprends à me faire confiance, et plus je m’aime comme j’aurais toujours dû m’aimer ; non pas en plongeant dans un egotrip façon Patrick Bateman se souriant dans le miroir alors qu'il tringle une blonde, mais comme le compagnon de route qui était, est, et sera à mes côtés pour le temps de cette vie-là, si ce n'est pour l'éternité.

Your future self is watching you
Ton moi futur te regarde.

« Il y a une hérédité de nous à nous-mêmes. » — Louis Jouvet

Un jour on m'a comparé à Louis Jouvet. Je ne connaissais pas cet acteur. Quelques temps après la rédaction de ce texte, je tombe sur cette citation de lui qui en est un écho parfait. La vie est fascinante.

©Théo Letna - 8 février 2023

►►► Lire aussi ►►►